CONDÉ SUR HUISNE -

EGLISE NOTRE-DAME

 

Cette église du XVI° siècle, profondément remaniée, présente une grande nef et un ch¦ur séparés par un mur avec arcade en tiers point. Transept prenant sur la nef avant l'arcade du ch¦ur se prolongeant de part et d'autre du sanctuaire. Fenêtres de style flamboyant, refaites pour la plupart. Tour romane d'un seul jet jusqu'au pavillon d'ardoise. Cinq autels (1659) classés M.H. Maître-autel avec retable majestueux et tableau de l'adoration des bergers. À ses pieds, un bas-relief en forme de sarcophage représentant le légionnaire Tarcissius mourant lapidé pour avoir refusé de piétiner les hosties qu'il transportait. Autels d'avant-ch¦ur, également de grand intérêt avec tabernacle à porte émaillé. Tableaux : l'Annonciation, saint Maur s'adressant à la foule, signé Delarue (XVIII°), saint Sébastien, signé Marcinkowska (1839). Superbe Christ du XVI° siècle caché dans le transept sud. Le sacrifice du soldat français lors de la première guerre mondial peint à Villeray et donné par Gerveix (1920).

Chapelle de la Chaussée

Après avoir fait partie de la paroisse de Saint-Germain-des-Grois puisqu'en limite du lieu-dit "les Quatre Vents", le charmant hameau de la Chaussée est désormais rattaché à Condé-sur-Huisne, par suite du "désintérêt du curé de saint Germain pour ses ouailles", dit-on dans la contrée. La chapelle actuelle, dûe à la libéralité d'une famille de Condé-sur-Huisne, date de 1870. Elle aurait remplacé un oratoire, dédié à Notre-Dame des Sept Douleurs, tombé en ruines depuis fort longtemps, mais que les habitants du lieu venaient toujours implorer lorsqu'une épidémie s'annonçait ou sévissait. Une Vierge en majesté en pierre, de facture naïve et peut-être Renaissance, magnifie ce hâvre de paix. Récemment restaurée, elle est l'objet d'une messe et d'un rassemblement populaire chaque 15 août.

 

Sommaire
retour page
Retour accueil